Stockholm
19 Jan, Wednesday
5° C
TOP

ASTROLOOSE

Astroloose resize

Toujours en avance sur les tendances, j’ai commencé à m’intéresser à l’astrologie il y a plus de 10 ans, après qu’un mec dont j’étais raide dingue se soit évaporé du jour au lendemain. Seule avec mes questions, ravagée par l’incompréhension et un chagrin tout oriental (= hurler de douleur, casser des objets, poser une bombe), je restais le cœur en miettes à un âge où il est fait pour aimer (#violons).

Quand l’astrologie faisait tièp

Un beau jour (ou peut-être une nuit), alors que j’errais comme un spectre à la Fnac, le rayon “Ésotérie” m’attira comme un aimant. Ni une, ni deux, je me retrouvais assise à l’abri des regards en train de dévorer tous les bouquins sur le signe de la Vierge, aka. le mien (oh ça va, hein). En pleine crise d’euphorie de type joie/honte, je jetais mon dévolu sur cette somme signée Françoise Hardy (et ouais ma gueule) que, comme tu peux voir, j’ai soigneusement stabiloté au chapitre « La Vierge et l’Amour » à côté de la photo de Jean-Michel Jarre (et ouais ma gueule, 2).

Livre astrologie Le grand livre de la Vierge de Françoise Hardy (page "La Vierge et l'Amour" avec photo Jean-Michel Jarre.
Jean-Michel 4 life

Besoin de rien envie de réponses, mon trouble obsessionnel compulsif pour l’astrologie a commencé là, en secret, dans cet endroit où douleur et narcissisme ne font qu’un.

Et soudain tout faisait sens… Femme Vierge et Homme Balance ? Très mauvais mariage selon sexy Françoise : « Elle peut être séduite par ce prince désinvolte et charmeur mais la fragile Vierge se prépare à de durs moments ». Mais oui MAIS OUI mais c’était évident ! Incroyable mais vrai, je réalisais que les rares mecs avec qui j’étais sortie jusqu’à présent étaient tous natifs de ce signe décadent. C’en était trop. Je me jurais de triple checker le signe du moindre début de bite qui allait croiser ma route afin de me préserver de toute souffrance inutile. 

Sorte de grande loterie mystico-mathématique, l’astrologie rassure de nombreux control freaks séduits par la pensée magique.

Tendre naïveté… Autant te dire que, en plus d’avoir viré Nostradamus du deublé, je vivais cette nouvelle lubie dans la plus grande clandestinité. Car oui : en 2000 et des bananes, lire dans les étoiles était vraiment ringard.

ASTROCOOL

2019 : oubliez Christine Haas en pull en mohair dans le « Télé 7 Jours » de votre grand-mère, les nouveaux rois des astres portent des fringues de créateurs et sont suivis par des millions de followers.

Susan Miller, Annabel Gat, Nicole Burron, Kiki O’Keeffe… Elles ne vous disent rien ? Réveillez-vous, terriens. Un peu féministes, un peu sorcières, ces reines de la divination sont devenues de véritables marques. Plus hipster, tu meurs, la chronique d’Annabel Gat dans Vice est une institution et il suffit que Susan Miller dise que Mercure rétrograde pour que Lady Gaga en fasse un tweet.

En parlant de Twitter, les profils dédiés à l’astrologie sont parmi les plus suivis du réseau social tout comme leurs alter ego sur instagram (@notallgeminis@lookupthestarsastro@astrowonders…). Comptes parodiques, applis qui lisent dans les étoiles (faites un tour du côté de Co-Star, c’est impressionnant)… Avec tout ça, si à 25 ans tu connais toujours pas ton ascendant, t’as vraiment raté ta vie.

Mais l’astro-folie ne s’arrête pas là. Selon le site Slate, en 2018 : 

« Sur l’application de rencontre OkCupid, parmi les trente millions de personnes ayant dû répondre à la question « Le signe astrologique d’un.e possible partenaire est-il important pour vous? » , 15% ont dit oui ».

Par ailleurs, c’est dans un but totalement journalistique je me suis inscrite sur Tinder. Et bah t’y crois, t’y crois pas, j’ai vu de mes yeux vu d’innombrables profils de mecs qui précisaient leur signe puisque, visiblement, la question leur revenait souvent. Comme quoi, je ne dois pas être la seule à avoir rayé les Balances de ma vie sexuelle à jamais.

Et qui dit tendance sur les réseaux sociaux dit tendance dans le monde merveilleux de la mode. Comme d’hab, le grand capital de la sape s’est jeté sur le dernier truc qui fait buzzer instagram pour le retranscrire en must-have. De Demna Gvasalia (que, comme chacun sait, je n’aime pas) pour son label Vetements à Maria-Grazia Chiuri chez Dior (que, comme chacun sait, j’adore), les astres envahissent boutiques et podiums et prennent la parole à notre place. 

« Le Verseau est le onzième signe du Zodiaque. Les gens nés sous le signe du Verseau sont connus pour être des esprits libres et indépendants. Ils sont modernes, indépendants et amoureux de la liberté* » affiche en anglais le dos du t-shirt Verseau de Vetements (collection automne-hiver 2018–2019). 

Bon bah plus besoin de montrer patte blanche pour trouver l’amour ou un taf, quoi. C’est comme le Port-Salut, c’est écrit dessus.

Les nouveaux Narcisse

On ne va pas se mentir, plus mes amis et moi passons du côté trentenaire de la force, plus on a envie de baffer la génération d’après. Celle qui fourmille d’idées et qui trouve encore ça cool de fumer des roulées.

Celle qui, bercée par les formules magiques d’Harry Potter ou de Charmed, s’est construite dans un ego trip généralisé sur fond de selfies et de likes.

Celle pour qui la singularité est une valeur cardinale et qui délaisse le politique pour le « me, myself & I « . Celle qui a bien conscience de payer les pots cassés des 50 dernières années et, alors que de nouvelles forces menacent, cherche une échappatoire dans les arts divinatoires…

Au même titre que d’autres croyances alternatives ancestrales (méditation, sorcellerie, cartomancie…), ce sont bien les millenials qui ont remis l’astrologie sur le devant de la scène. Plus proche du développement personnel que de la religion, d’aucuns diraient qu’il s’agit d’un énième tour de passe-passe égoïste pour ne pas voir la réalité en face (« C’est pas moi, c’est Mercure ! »). L’idée générale ? Découvrir sa carte d’identité astrale à travers les 144 personnalités possibles (12 signes x 12 ascendants) mais aussi 12 domaines de vie, les fameuses « maisons ». Loin du cliché populaire qui réduit l’astrologie à une poignée de signes, elle offre au contraire 1728 possibilités de geeker à l’infini qui font la joie des adeptes de la connaissance de soi.

Éco-féminisme

Moins cyniques et plus mystiques, d’autres, comme l’auteure Mona Chollet dans son livre Sorcières — La puissance invaincue des femmes (Éd. La Découverte), rapprochent ce retour en grâce des étoiles d’un nouveau féminisme qui mêle conscience des énergies et écologie. 

« Se tourner vers les astres, les arts divinatoires, permet de se délester du matériel, de se rapprocher de l’essentiel et de savoirs ancestraux qu’on a longtemps discrédités .»

Paulette Magazine n°43

Deux théories qui s’affrontent donc, comme deux salles, deux ambiances, dans lesquelles, ni la « Vierge Sage » ni la « Vierge Folle » qui constituent mon signe ne se sont mises d’accord. 

Le retour de l’astrologie est-il encore un coup des millenials imbus de leur personne ou présage-t-il d’une ère nouvelle toute de croyances païennes et de retour à la terre ?

Avais-je vu juste en éliminant des prétendants sur leur seul signe astrologique ou cela relevait-il déjà du trouble obsessionnel compulsif ? Je n’arrive pas à me positionner mais, comme toute Vierge qui se respecte, je voudrais conclure ce papier par une note de pessimisme qui vous fera peut-être réfléchir.

Winter is coming…

J’ai découvert que, après être tombée en désuétude pendant des siècles, l’astrologie a fait son premier retour gagnant dans les années 30. Les européens sentaient venir la guerre à plein nez et, pas franchement en mode grosse ambiance, avaient un besoin désespéré de rêver. La presse écrite ne s’y est pas trompée et les premiers horoscopes de presse signe par signe sont nés, comme dans le magazine féminin Marie-Claire qui casait l’horoscope de la semaine entre les fiches couture et les fiches recettes.

Mon côté Vierge Sage, analytique et cartésien, n’y verrai qu’un fun fact de l’Histoire. Mais à l’heure où fin du mois et fin de monde se confondent, la Vierge Folle qui est en moi se dit « Coïncidence ? Je ne crois pas ». On va tous crever les gars.

Post a Comment